Inés, Eulogi, la Marina, le Pou de Beca...

Inés, Eulogi, la Marina, le Pou de Beca...

"Monrécupération", Inés nous a dit que c'était le nom de famille qu'elle a pris pour se différencier de toutes les autres Inés Cardonas de sa famille et de sa région, le nom lui va assez bien, ce n'est plus une petite fille (et c'est peut-être pour ça) il ne connaît pas le calme, les conventions ou les apparences. La nature est belle et c'est en grande partie parce que és et assez, non est pour personne, ça ne veut pas apparaître, ça n'a pas besoin d'être aimé, ça existe, au-delà de nous qui le regardons, au-delà de ceux qui le regardent, au-delà des filtres qu'on met sur les points focaux, je voudrais que d'être le grand enseignement de ces jours, la fermeté dans la recherche du retour à la nature.

Eulogie Peiró était le véhicule qui l'a emmenée au Pou de Beca, le facilitateur et aussi le chemin. Il imprègne tout de vérité et de cette curiosité naïve et toujours vierge qui l'aide à continuer à se surprendre chaque jour, dans chaque plat qu'il goûte et dans chaque plat qu'il fait, dans chaque lettre qu'il lit et dans chacune qu'il écrit.

La Marina, est devenu pour nous, ces dernières années, une trouvaille écrasante, tant pour son orographie et ses paysages que pour l'idiosyncrasie des aborigènes, nous n'avons encore rencontré personne de "normal" et cela en ces temps gris et plats est une garantie d'aventure et émotion. Merci d'être, d'avoir parlé et d'avoir gardé la flamme avec tant de soin !

Ces derniers jours avec Inés et Eulogi, nous sommes allés aux étals de poisson, nous avons acheté et fait la lessive avec les pisciculteurs, nous avons découvert le nom de chaque poisson ici et là, comment il est cuit et pourquoi, dans quelles casseroles et avec quels vins et tour à tour aux techniques que nous avons données, par des spéculations sur les chemins vers et depuis les recettes que nous avons faites, tous les chemins, tous ! ils nous ont emmenés, ils nous emmènent, au même endroit : aux femmes, à nos mères, à nos grands-mères et tantes, aux gardiennes du foyer, de la communauté et de la nourriture, que de savoir et que de manque de reconnaissance.

Nous continuerons à rechercher, apprendre et partager car c'est notre essence, notre raison d'être, nous continuerons à ouvrir nos bras et nos cœurs à toutes les personnes qui veulent nous montrer ce que c'est et qui veulent voir à quoi nous ressemblons , dans le monde des poissons , celui du banc ou celui de la mémoire. Merci d'ÊTRE, merci pour ça.

 

Ci-dessous une petite collection de photos :

Cuisiner à Borriol
Marché central de Castelló

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et les attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CA EN FR ES